HISTOIRE DU CACHEMIRE

Il faut se plonger dans l’histoire du Kashmir, le Pays, pour connaître celle de la fibre éponyme, le Cachemire et par conséquent de sa version plus noble, la fibre de Pashmina

Depuis bien longtemps, le Cachemire est produit dans des régions soumises à des températures extrêmes, dont la Mongolie, le Népal et, bien sûr, le Kashmir.

Et si la fibre emprunte le nom de ce dernier, c’est que dans cette région de la Péninsule Indienne la première production de Cachemire a vu le jour.

Il est écrit que Mir Sayyid Ali Hamadani (1314 – 1384), poète, homme de lettres, personnalité religieuse et savant Iranien qui voyagea plusieurs fois au Kashmir et au delà, remarqua, au cours d’un de ses périples, la douceur et la finesse du duvet que produisait une chèvre endémique de la chaîne de l’Himalaya.

Il en fit confectionner une paire de chaussettes qui furent ensuite offertes au Sultan Qutubuddin, alors souverain du Kashmir.

Ce dernier fut émerveillé par leur douceur et leur qualité.

C’est alors que Mir Sayyid Ali Hamadani suggéra au Souverain de développer la fabrication de châles, dont la tradition était déjà existante au Kashmir, grâce à cette fibre extraordinaire. Et c’est ainsi que la laine de Cachemire fut employée pour la première fois.

En France, les premiers châles Cachemire arrivèrent au XVIIIe siècle, dans une malle appartenant au général Napoléon Bonaparte. Il en fit cadeau à sa première épouse, Joséphine de Beauharnais, à son retour de la campagne d’Égypte.   

Cela marqua le début de l’influence de l’art textile kashmiri en France qui culmina au XIXe siècle avec le développement d’une production locale grâce notamment à Jean-Baptiste Decrétot, et sa manufacture de Louviers, et au baron Guillaume Louis Ternaux, puissant manufacturier, créateur des célèbres « châles de Ternaux »

Au cours des siècles, les  artisans du Kashmir ont atteint des sommets dans leur expression artistique dans de nombreux domaines. Celle des châles Pashmina et Cachemire ne fait pas exception. L’apogée en terme de création artistique a été atteint entre 1586 et 1877, trois siècles au cours desquels le Kashmir a été dirigé par quatre dynasties étrangères successives, les Moghols, les Afghans, les Sikhs et les Dogras.

Chacune a permis aux artisans kashmiri de bénéficier de nouvelles impulsion et ainsi de perfectionner leur savoir-faire. Cette période fertile a permis le développement de nouvelles techniques de tissage ainsi que l’évolution des motifs vers des formes de plus en plus raffinées et complexes, ou encore la découverte de nouvelles couleurs pour teindre la fibre.

Finalement, toutes ont apporté une contribution unique au développement de l’art du fameux Châle Cachemire.