LE TISSAGE KANI

ORIGINES

Le tissage Kani trouve ses origines dans le village dans lequel la technique de tissage du même nom est née, le village de Kanihama. Ce dernier se situe dans l’état de Jammu & Kashmir, en Inde.

DEFINITION

La définition littéraire de kani est: bobine de bois ou petit bâtonnet. Aussi connu au Kashmir sous le nom de kanikar ou tilikar.

Il s’agit d’une petite fusette sur laquelle est enroulé le fil de pashmina qui sera ensuite utilisé pour la réalisation du fameux châle.

Ansari Cachemire - Tilikar

TECHNIQUE

La simplicité de l’outil de travail est en contraste avec la difficulté de sa technique d’emploi. Le tissage kani est un des plus complexes de toute d’Inde, qui requiert énormément de patience, pratique et une grande dose de talent pour être maîtrisée. 

En préparant le métier à tisser, l’artisan dispose les tilikars (bobines) côte à côte. Chaque bobine correspond à une couleur. La répartition de celles-ci se fait en respectant l’ordre des couleurs telles qu’elles doivent apparaître sur la pièce finie. Le tissage kani s’effectue en travaillant sur l’envers de la pièce et en entrelaçant méthodiquement les bobines les unes aux autres.

En croisant les bobines, l’artisan réalise par conséquent son motif sans nœuds disgracieux ni fils qui dépassent. Ainsi, le résultat final sera un châle presque parfaitement réversible.

Cette technique est particulièrement chronophage. De fait l’artisan ne peut avancer que de 1 à 2 cm par jour sur son metier.

Le temps nécessaire à la réalisation d’un châle Kani est très variable. Cela dépendra essentiellement de la nature du motif, de sa complexité et, pour finir, de la quantité de couleurs requise.

A titre d’exemple, un châle kani, de 1 m sur 2 m, entièrement recouvert de motifs floraux, requiert en moyenne de 9 mois à un an de travail, à raison de 8 à 10 heures par jour.

La réalisation de châles très élaborés peut demander jusqu’à cinq ans de travail.

Une année d’apprentissage est nécessaire pour maîtriser les bases du métier. Suivie de deux années de pratique sous la direction d’un maître artisan.

Ansari Pashmina - Tissage Kani

A SAVOIR

Le châle Kani est emblématique de l’art textile du Kashmir. On retrouve des exemplaires exposés dans les musées plus prestigieux du monde, parmi lesquels: le Musée d’Arts Décoratifs à Paris, le Victoria & Albert Museum à Londres ainsi que le département d’art Islamique du Metropolitan Museum of Art de New York.

Le Musée du Louvre, à Paris, possède plusieurs portraits de l’Impératrice Joséphine drapée dans des châles kani.

En 1853, le temps de réalisation d’un châle Kani ordonné par l’Impératrice Eugenie de Montijo a été de 9 mois, au total 30 tisseurs ont participé à sa confection. 

DANS L'ATELIER DE NOTRE ARTISAN

GALERIE